Partenaires

ICMPE

Partenaires

CNRS
Univ Paris 12
Univ Paris Est
Labex MMCD



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Domaines de Recherche > Environnement et Développement Durable > Chimie dans l’environnement et dépollution > Médicaments et écotoxicité

Médicaments et écotoxicité

La problématique des polluants émergents s’explique par la présence dans l’environnement de molécules issus principalement de l’industrie pharmaceutique/ vétérinaire pour lesquelles peu de données relatives à leur devenir n’est disponible. Nos travaux consistent à mettre au point les outils capables de mimer les transformations que peuvent subir ces composés dans l’environnement, l’évaluation toxicologique des produits de dégradation devant révéler leur innocuité environnementale ou leur écotoxicité potentielle. La méthode utilisée exploite le fait que la dégradation des composés organiques procède essentiellement par voie oxydante. Elle recourt à une technique électrochimique simple d’utilisation (l’oxydation anodique) et présente l’avantage sur les méthodes chimiques d’être suffisamment douce pour atteindre (voire isoler) les intermédiaires réactifs avec lesquels interagit le vivant et à partir desquels peut éventuellement s’exprimer une écotoxicité. Nos travaux s’attachent à l’étude de composés bioactifs ayant récemment fait l’objet d’un classement prioritaire parmi les polluants émergents (furosémide, propranolol, aténolol).

Perspectives. Différents produits d’oxydation anodique ont pu être identifiés et parfois isolés. La confrontation de notre approche avec la voie biocatalytique (recourant de manière plus classique aux micro-organismes) doit permettre d’établir la pertinence de l’outil électrochimique à des fins d’étude de dégradation prédictive. La mise en évidence des produits d’oxydation permettra d’identifier de nouveaux marqueurs, témoins de la présence de xénobiotiques dans l’environnement. La détermination des structures des produits de dégradation permettra également d’en identifier les cibles biochimiques potentielles et d’en déterminer le mode d’action sur les organismes vivants. La comparaison de notre technique avec l’électro-Fenton est également prévue.