Partenaires

ICMPE

Partenaires

CNRS
Univ Paris 12
Univ Paris Est
Labex MMCD



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Departement Métallurgie Matériaux Inorganiques > Equipes de recherche > Chimie Métallurgique des Terres Rares (CMTR) > Thèmes de recherche > Stockage d’Hydrogène > Applications

Applications

(Contact : M. Latroche)
 

  Nous étudions la limitation de la durée de vie des électrodes à hydrures dans les batteries Ni-MH due à la corrosion en milieu potasse, la diminution de la capacité de stockage de l’hydrogène en fonction du nombre de cycles liée à la formation de défauts (dislocations) ainsi que la modification des propriétés d’absorption du palladium sous tritium. Ces phénomènes de vieillissement sont étudiés par diffraction de neutrons in situ, mesures des propriétés mécaniques, microscopie électronique. Nous étudions par ailleurs la mise en forme de réservoirs de stockage d’hydrogène.

Batteries Ni-MH

Les composés intermétalliques peuvent être utilisés comme électrodes négatives dans des batteries Ni-MH. Les premiers composés utilisés étaient des composés de type LaNi5 avec une substitution de La par du Mishmetal (minerai constitué d’un mélange de terres rares) et de Ni par du Co, Mn, Al. De telles batteries existent déjà dans le commerce, mais la recherche de matériaux avec de meilleures performances électrochimiques se poursuit. Nous développons par exemple des composés de type AB dérivés du TiNi, (...)

Lire la suite

Stockage du tritium

Le stockage du tritium est important pour la réalisation de réacteurs à fusion (ITER) basé sur la réaction entre les deux isotopes lourds de l’hydrogène : le deutérium et le tritium qui possèdent respectivement 1 et 2 neutrons dans leurs noyaux. Leur fusion permet d’atteindre des énergies beaucoup plus élevées que la fission nucléaire. Cependant le tritium est radioactif et on peut le stocker de façon plus sure et compacte dans du palladium (Pd). Cependant en se désintégrant le tritium produit de (...)

Lire la suite

Réservoirs pour le stockage de l’hydrogène

Notre laboratoire développe en partenariat avec le CEA-LITEN des réservoirs de stockage d’hydrogène basé sur la formation réversible d’hydrures métalliques. Ces recherches visent d’une part à optimiser les matériaux utilisés mais également, en collaboration avec le LEGI, de modéliser et d’améliorer les échanges de flux (thermiques et gazeux) au sein des réservoirs. Ainsi le projet PLUSPAC a permis de développer un prototype de réservoir instrumenté basée sur une architecture innovante et contenant 10 kg (...)

Lire la suite